Se connecter
  Se déconnecter

Chemins de Compostelle : Santiago - Finisterre

Séjour rando à pied - Espagne - Liberté

Code voyage : RLSTJA-L
En bref
Séjour Randonnée itinérante sur les Chemins de Compostelle, entre Saint Jacques de Compostelle et Fisterra (Espagne). Partez 5 jours en liberté sur les pas des pèlerins, de Compostelle (Santiago) à l’Océan Atlantique (Cap Finisterre), vous suivrez le fameux Camino Francés (et Camino de Fisterra). Hébergement en hôtel. Pour votre confort le portage des bagages est assuré d’étapes en étapes.

Rando à pied

Itinérant
Prix (à partir de) :
375 €
Durée :
5 jours
Mode :
Liberté
Prochain départ :
Séjour en liberté
NIVEAU PHYSIQUE
Hébergement en Chambre d'Hôtes ou Hôtel Confortable
CONFORT

Séjour réalisable en :

janv fev mar avr mai juin juil aout sept oct nov dec
Circuit randonnée pédestre de 5 jours, 4 nuits sur le Chemin de Compostelle.
 

Au-delà de St-Jacques de Compostelle, le Chemin continue jusqu'au "bout des terres": rejoignez à pied le cap Finisterre et son célèbre phare, le long des falaises et plages de la Galice.

De Santiago de Compostela jusqu'à... la Fin de la Terre. Le cap Finisterre, là où d'après la légende, le corps de l'apôtre Jacques serait arrivé par la mer avant d'être enterré par quelques fidèles à Compostelle. Mais la légende continue jusqu'au beau village côtier de Muxìa, où la Vierge est apparue à Jacques plusieurs années auparavant. Pour nous, c'est l'émotion de finir le Chemin jusqu'à l'Océan; la beauté de cette côte rocheuse, sauvage et déchiquetée mérite de prolonger le plaisir de notre périple.

Une question sur ce séjour ?

Programme

Jour 01 : Santiago de Compostella

Arrivée à Santiago de Compostela.

Jour 02 : Santiago - Negreira

Etape de Santiago de Compostela à Negreira en passant par Ponte Sarela, et la petite région d'Amaia, chantée par la poétesse galicienne Rosalìa de Castro.
Vous traverserez le pont médiéval de Aguapesada et dans un paysage de petites montagnes et hameaux vous arriverez à Negreira.
Horaire : 5 h 00                      Distance : 21 km

Jour 03 : Negreira - A Picota

En suivant en partie un ancien chemin royal. De belles églises à Zas, à Pena et Vilaserio...
En arrivant à Vilar de Castro, vous emprunterez une variante nouvellement balisée, vous permettant de regagner à Picota, votre étape du soir, et de retrouver le Camino le lendemain matin.
Horaire : 7 h 00 Distance : 28.5 km

Jour 04 : A Picota - Cée

En début d'étape, vous récupèrerez le Chemin initial au niveau du pont de Ponte Olveira. Des hameaux, de petites églises et anciens ponts jalonnent ensuite votre chemin qui débouche à Cée, au bord de la " Ria de Corcubiòn ".
Temps de marche : 6h. Distance : 23km.

Jour 05 : Cée - Fisterra

En passant par la Croix de Marco de Couto et plusieurs ermitages, descente spectaculaire du Mont da Armada vers Fisterra.
Puis vous marcherez jusqu'au mythique Finisterre, la "fin du monde" dans la "Costa da Morte".
FIN DE LA RANDONNEE
Horaire : 4 h 00                      Distance : 16 km

Day 01 : Santiago de Compostela

Arrival in Santiago de Compostela.

Day 02 : Santiago de Compostela - Negreira

From Santiago to Negreira. You'll pass by Ponte Sarela and the region of Amala know from the poems of the galician poet Rosalia de Castro. After crossing the medieval bridge of Aguapesada you continue your walk among small mountains and villages to Negreira.
Walking time : 5h. Distance : 21km.

Day 03 : Negreira - Abeleiroas

From Negreira to Abeleiroas partly on the Camino Real with beautiful churches in Zas, Pena and Vilaserio. At Abeleiroas you'll meet the owner of the accommodation who'll drive you to his hotel in Picota (3km).
Walking time : 7h. Distance : 28.5km.

Day 04 : Abeleiroas - Cée

From Abeleiroas to Cée. You are brought back to Abeleiroas to continue your walk through villages with their small chuches and ancient bridges to Cée situated by the "Ria de Corcubiòn".
Walking time : 6h. Distance : 23km.

Day 05 : Cée - Fininsterra

Walking by the Cross of Marco de Couto and several hermitages you'll  escend the spectacular Mount da Armanda towards Fisterra to finaly arrive at the mythical Finisterre ; "the end of the world" at "Costa da Morte". End of trip. Optional night in Finisterre upon request and with supplement.
Walking time : 4h. Distance : 16km.

COMPLEMENT DE PROGRAMME

Des éléments indépendants de notre volonté (météo, niveau du groupe, aléa logistique, divers...) peuvent amener notre équipe à modifier le programme. Nous demeurerons attentifs à votre satisfaction mais votre sécurité sera systématiquement privilégiée.

 

Prestations particulières : Sur demande, nous pouvons réserver une ou plusieurs nuits supplémentaires.

 

 

DISPOSITIONS COVID-19

Dès le départ et durant tout le séjour, vous devrez impérativement être en capacité de pouvoir présenter votre Pass sanitaire avec :

•           un schéma vaccinal complet

•           ou un test d'immunité attestant du rétablissement de la COVID

 

La réalisation de tests (PCR ou antigéniques) s'avérant impossible en cours de séjour, nous nous verrons contraints, en cas de non-respect de l'une des 2 solutions citées ci-dessus, d'annuler votre participation sans aucune possibilité de remboursement.

 

Vous devrez aussi être munis durant tout le séjour,

•           d'une quantité suffisante de masques (port obligatoire dans certains lieux ou transports)

•           de poches zippées pour les masques et autres papiers usagés

•           de gel hydroalcoolique d'un thermomètre (en cas de symptômes apparaissant en cours de séjour)

•           d'un stylo (parfois nécessaire pour renseigner et signer une charte dans certains hébergements).

 

Les hôtes qui vous recevront vous demanderont d'appliquer certaines consignes sanitaires. Par respect envers eux et les autres personnes qui fréquentent les mêmes lieux, nous vous demandons de vous engager à les respecter.

 

Par ailleurs, afin de pouvoir transiter entre la France et l'Espagne, des règles relatives aux conditions sanitaires sont aussi à respecter et peuvent être exigées, à l'aller comme au retour.

 

Ces dispositifs étant susceptibles d'évoluer, il vous appartient d'aller les consulter régulièrement avant votre départ, sur le site internet de l'ambassade de France en Espagne (es.ambafrance.org), dans l'onglet « Venir en Espagne / Entrée et séjour en Espagne / Covid19 » : https://es.ambafrance.org/Covid-19-a-savoir-pour-tout-deplacement-entre-la-France-et-l-Espagne

 

La prise de rendez-vous, l'organisation, les éventuels transferts nécessaires à la réalisation de tests ainsi que le coût du test, seront à votre charge.

LES POINTS FORTS

  • La fiabilité de l’organisation
  • La qualité des hébergements
  • Les dîners inclus
  • Dernière nuit incluse pour profiter du site magique du Cap Finisterre
 

POUR EN SAVOIR PLUS

DISPOSITIONS COVID-19 En raison des précautions sanitaires relatives au COVID, vous devrez impérativement être muni dès le début de votre séjour,
  • d'une quantité suffisante de masques (à raison de 2 par jour minimum). Port de masque qui sera obligatoire lors d'éventuels transports, dans certains hébergements, lieux fréquentés etc.
  • de poches zippées pour les masques et autres papiers usagés
  • de gel hydro-alcoolique
  • d'un thermomètre pour contrôler votre fièvre en cas de symptômes apparaissant en cours de séjour
  • d'un stylo (parfois nécessaire pour renseigner et signer une charte dans certains hébergements).
Les hôtes qui vous recevront (hôteliers, gardiens de refuge, restaurateurs, transporteurs, équipes locales...) sont les garants du bon déroulement du séjour et vous demanderont d'appliquer certaines consignes sanitaires.
Par respect envers eux et les autres personnes qui fréquentent les mêmes lieux, nous vous demandons de vous engager à respecter les consignes qui vous seront formulées.
 
Soyez rassurés et optimistes, car comme vous le savez, la randonnée est une pratique qui permet de vivre de longs et savoureux moments durant lesquels le port du masque n'est pas obligatoire ! Alors, respirez et souriez !
 
 
N'oubliez pas dans votre sac à dos, le contrat d'assistance-rapatriement.
Au minimum 15 jours avant votre départ, demandez à la sécurité sociale une carte européenne ou une attestation européenne valable 3 mois afin d'éviter l'avance obligatoire de frais médicaux.
Si vous vous déplacez en véhicule en Espagne, sont obligatoires sous peine d'amende : gilet fluorescent + 2 triangles de signalisation.
 
 
FORMALITES
Demandez impérativement, au minimum 15 jours avant votre départ, à la sécurité sociale une carte européenne ou une attestation européenne valable 3 mois ; cela vous évitera de faire l'avance d'éventuels frais médicaux en Espagne qui restent, quoi qu'il arrive, à votre charge. Pensez à apporter votre pièce d’identité ou votre passeport.
Sachez enfin que si vous venez en Espagne en voiture, il est obligatoire d’avoir 2 triangles de signalisation dans son véhicule et 1 gilet de signalisation réfléchissant ; en cas de non-respect de cette réglementation, les amendes sont élevées, et doivent être payées sur place. Ne vous séparez jamais de vos papiers, carte bancaire et documents d’assurance.
 
Frais médicaux
Avant de partir, tenez compte de la possibilité de prise en charge des frais médicaux à l’étranger. Par exemple, si vous vivez en France, vous pouvez demander à la sécurité sociale une carte européenne ; cela vous évitera de faire l'avance d'éventuels frais médicaux à l’étranger qui restent, quoi qu'il arrive, à votre charge. Pensez à apporter votre pièce d’identité ou votre passeport.
 
 
Le carnet du pèlerin ou « credencial » ou « créanciale » :
ce document est bien connu des pèlerins, il permet de garder une trace écrite de son parcours. Ce passeport est un signe fort d’appartenance à la communauté des marcheurs du Saint Jacques. Il est à tamponner à chaque étape et atteste de votre état de pèlerin. Il est délivré par les associations jacquaires - site Internet :
 
Environnement :
Les randonnées se déroulent le plus souvent dans des espaces naturels sensibles ; à ce titre toute activité se doit d'en respecter l'environnement : respect du patrimoine naturel, respect du patrimoine culturel et des habitants, respect des ressources naturelles (eau, sols, habitats, faune, flore, climat) et lutte contre les pollutions et tous les impacts sur l'environnement : on ne dérange pas les animaux qui sont chez eux et on n'arrache pas les fleurs car elles ne repoussent pas !
 
 
TELEPHONE PORTABLE
Attention, les téléphones portables ne passent pas partout, il est prudent de se munir d’une carte téléphonique.
 
 
POUR TELEPHONER EN FRANCE
Pour téléphoner en France depuis l’Espagne, composez l’indicatif international 00, puis l’indicatif de la France 33, puis votre numéro de téléphone en enlevant le premier 0.
 
 
LA VIE EN ESPAGNE
Vous allez effectuer une randonnée en territoire espagnol. Il est conseillé de parler un peu espagnol pour mieux apprécier le séjour, sans toutefois devoir manier à la perfection la langue de Cervantès. Un petit dictionnaire français/espagnol ne sera pas superflu. La monnaie est l’Euro. Sachez aussi que les habitudes culinaires espagnoles sont parfois assez différentes des françaises. Et que les repas sont retardés jusqu’à 2 heures sur l’horaire français (petit-déjeuner vers 8h30-9h et le souper vers 21h).
 
INFORMATION SUR LA REGION
LA GALICE
 
La région et le climat :
Le climat de la Galice est assez doux. Il n’y fait jamais ni trop froid ni trop chaud, avec une température moyenne de 14,4º C. Précipitations moyennes : 1404,8 l/m2. Alors… n'oubliez pas la cape de pluie !!!
 
Le Pays d'Occident
Sous la lueur obscure et mystérieuse de l’Atlantique, à l’extrémité occidentale de l’Europe, il y a un pays de verdure qui s’incline devant l’Océan. C’est ici que les Grecs situèrent le bout du Monde Ancien. Homère affirmait que le soleil y complétait son tour avait de ressortir en orient, le lendemain. Située au sud de la mer Celtique, au nord du pourtour méditerranéen, la Galice a forgé une culture à la croisée de ces deux mondes. Au nord du Portugal, au nord-ouest de l’Espagne, il y a un petit pays – à peine trois heures en voiture pour le parcourir du nord au sud - qui se distingue par ses contrastes et ses surprises à chaque détour. Les Galiciens aiment à dire que chaque maison est un monde, que chaque pierre a une histoire et que chaque herbe cache un espace naturel. La Galice, un pays marqué par un fonds inépuisable d’expériences.
 
Là où commence la mer
"Face à cette mer déchaînée, les Galiciens, nous sentons toute l’Europe derrière nous." Ce pays renferme les falaises les plus hautes du continent, mais il est aussi marqué par l’union féconde de la mer et de la terre, les "rías", de singulières formations où l’océan se calme pour pénétrer à l’intérieur du pays, qui y fait surgir la vie qui coule dans les rues des villages marins et sur le sable infini des plages du littoral. C’est ici, entre les détours que forme la géographie baroque de la côte, que résident la plupart des Galiciens, qui jettent à la mer mille et une saveurs, une richesse de poissons et de fruits de mer, transformés en les plus savoureux du monde par les eaux de l’Atlantique.
 
Plus de la moitié du territoire est situé à plus de 400 m d’altitude. Les sierras orientales renferment les plus grands sommets dont Pena Trevinca, qui atteint 2.100 m.
 
Avec à peine 5,90% de la superficie de l’Espagne, la Galice renferme plus de la moitié des agglomérations de l’Etat espagnol. En 1996, elle en comptait 20.947 dont certaines d’une seule maison.
Le territoire du pays compte 3.781 paroisses (unité de base de la population, articulée autour d’une église), 315 mairies, 53 contrées et 4 provinces.
La masse forestière de la Galice représente 30% du total de tout le territoire espagnol.
Le lait produit en Galice représente 30% du total de la production espagnole.
 
Une terre humanisée
De vieilles montagnes au relief usé par l’érosion et des vallées à la végétation luxuriante où coulent mille rivières. La verdure claire des prairies, le vert émeraude des cultures, le vert foncé des forêts. Ici et là, se dressent de petites propriétés où l’on cultive la pomme de terre, le maïs, ainsi que des vergers et des vignobles, des cultures qui ennoblissent les rives des grands cours d’eau. Sur les coteaux, la masse forestière, au milieu, les prairies où paissent les vaches, les animaux totémiques de la Galice agricole. Voilà un paysage que les Galiciens considèrent volontiers humanisé, où les distances ne sont jamais très grandes et où les sites sauvages ne sont jamais très étendus. Dans les endroits les plus éloignés, les terrains rocailleux, la forêt ancienne et mystérieuse.
 
Les forges de la force
Le sang des paysans coule toujours dans les rues des villes et des grandes agglomérations : nos aïeux étaient des paysans. Quatre-vingt-dix pour cent de la population galicienne habitait encore le milieu rural en 1900. Mais de nos jours, la plupart des Galiciens habitent le milieu urbain. Le pays s’accroît dans des villes qui ont grandi autour de centres historiques d’une grande beauté, où surgit la créativité économique et culturelle du pays. Cet essor atteint des proportions universelles dans des endroits comme la vieille ville de Saint-Jacques-de-Compostelle –la capitale historique et administrative-. Tournées vers la mer, La Corogne et Vigo sont les deux principales agglomérations du pays ; Lugo, Ourense, Pontevedra et Ferrol se distinguent par leur activité industrielle et de services, outre leur traditionnelle fonction administrative. Dans toute la Galice, les cités médiévales conservent leur charme tout en se développant à l’instar des villes surgies au XIXe siècle. Elles jouent un rôle à la fois industriel et local.
 
Tradition et innovation
On dit des Galiciens qu’ils répondent toujours à une question par une autre question. Même dans les paroles de l’ hymne de Galice, le poète Pondal interroge les arbres, les sommets et les montagnes, l’éclair transparent. Les Galiciens sont curieux et d’habitude, lors d’une simple conversation, le voyageur finit toujours par parler de lui, de son pays, de son travail. La vie tourne aussi autour du travail. Une tradition agricole et de pêche, modernisée depuis, veut que les Galiciens érigent des industries basées, non seulement sur leurs propres ressources, mais encore sur l’innovation et la créativité. L’industrie agro-alimentaire est celle qui compte le plus d’entreprises et de travailleurs, à tel point que son origine remonte à la salaison et à la conservation du poisson, au XVIIIe siècle. Les chantiers navals sont dirigés vers l’exportation et atteignent de nos jours un degré de spécialisation qui lui accorde une productivité élevée. Mais c’est le secteur automobile qui arrive en tête en ce qui concerne le chiffre d’affaires et les exportations ; la situation stratégique de la Galice sur les routes maritimes a favorisé l’aménagement d’une usine qui produit des milliers de voitures par jour. Pourtant, c’est la créativité des firmes de mode qui a permis à la Galice d’obtenir une plus grande présence publique sur les marchés du monde entier.
 
La partie de l’ancienne Galice située au sud du fleuve Minho devint le royaume du Portugal en 1121. L’église romane la plus ancienne de Galice est la petite chapelle de San Juan de Vilanova, Pontedeume, qui remonterait à 1040.
En 1075, fut posée la première pierre de la cathédrale romane de Saint-Jacques-de-Compostelle, consacrée en 1211.
Une chanson de Xoán Soares de Pavia, composée en 1196, est le texte littéraire galicien le plus ancien que l’on conserve. On a répertorié 170 auteurs de chansons médiévales.
Le galicien est la langue de Galice, mais les Galiciens parlent également le castillan.
Les enfants de Bréogan
C’est un ancêtre de Brutus, l’assassin de César, le premier général romain à atteindre la Galice en 139 av. J.-C.. Le poète Ovide raconta de la sorte cette rencontre : -à l’époque, Brutus prit le surnom de son ennemi galaïque et fit couler le sang sur les terres hispaniques-.
 
Cela faisait 4000 ans que la culture mégalithique existait dans ce pays, comme en témoignent les dolmens ; cela faisait 2000 ans qu’un ancêtre quelconque avait peint des cerfs, des hommes et des cercles sur les pierres plates de granite. ; cela faisait déjà sept siècles que les camps fortifiés de l’âge de fer avaient été érigés sur les coteaux galiciens : Jules César dut les affronter en débarquant dans l’ancienne ville de La Corogne. À la fin du I siècle av. J.-C., Auguste prit la tête de son armée pour intégrer définitivement dans l’Empire les Galiciens des « castros » (camps fortifiés), les descendants du mythique roi Breogán que citent les chroniques irlandaises et auquel le poète Eduardo Pondal rend hommage dans l’hymne galicien.
 
 
Le sourire de Daniel
Les Galiciens considèrent le bas Moyen Age comme leur siècle d’or. C’est une période de prospérité dans toute l’Europe. L’agriculture se développe et se modernise, le commerce se généralise et l’art connaît un essor florissant dans tout le continent, en apprenant à sourire avec la figure de Daniel sur le Porche de la Gloire (1188) de la cathédrale Saint-Jacques, qui était tombé dans l’oubli pendant trois siècles ; l’art roman, devenu le style international par excellence, atteint précisément son apogée dans le royaume médiéval de Galice. La grande créativité collective des Galiciens remonte également à cette époque : c’est alors qu’ils commencent à parler le galicien, une langue romane issue du latin et similaire au portugais. Cette langue atteint sa maturité littéraire au XIIIe siècle, avec les chansons dites "cantigas" qui constituent un énorme recueil de poésies composées par des rois, des nobles et des troubadours. Il s’agit donc d’un patrimoine d’une valeur extraordinaire pour l’histoire littéraire de l’Europe. Saint-Jacques-de-Compostelle fut comparée à Rome et à Jérusalem, quant à ses capacités spirituelles, par le pape Alexandre III, en 1179.
L’Eglise célèbre les Années saintes lorsque le 25 juillet, fête de saint Jacques, tombe un dimanche. Les prochaines années saintes seront célébrées en : 2004, 2010, 2021, 2027...
Le chemin de Saint-Jacques a été déclaré premier Itinéraire culturel européen en 1987 par le Conseil de l’Europe.
 
Un chemin d'étoiles
Depuis l’antiquité, les hommes ont suivi la route du soleil vers l’occident. La nuit, un torrent d’étoiles signalise dans le ciel la même direction : la Voie lactée, également dite chemin de Saint-Jacques ou Voie des pèlerins, car c’est le chemin que suivaient les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle.
 
Dès le IXe siècle, les pèlerins parcoururent à pied les chemins d’Europe : on calcule qu’au XIIe siècle, il y en avait 500.000 alors qu’en 1999, cinq millions et demi de personnes ont visité Saint-Jacques-de-Compostelle. Tout au long de l’histoire, ce voyage a eu pour but de visiter la tombe de Saint Jacques le Majeur, l’un des douze apôtres, qui, selon la tradition, est enterré dans la cathédrale de Santiago. De nos jours, les motifs de pèlerinage sont divers, et concernent aussi bien la spiritualité que l’art, mais le chemin de Saint-Jacques est toujours un puissant creuset culturel des différentes terres d’Europe.
Élans de jeunesse
La feuille tendre de navet et celle du chêne sont les emblèmes de la Galice qui se rénove en hiver et en été. Les Galiciens sont de grands amateurs de pomme de terre, mais les feuilles tendres de navet qui poussent de décembre à mars sont un mets qui atteint son apogée dans le « caldo » (bouillon), bouilli avec de la viande de porc salée. Au contraire, la feuille de chêne, un traditionnel symbole culturel issu des vertes chênaies, représente les bois sacrés de la préhistoire, les aires de réunion lors des foires, un site ombré particulièrement accueillant lors des fêtes et l’endroit que la tribu, la paroisse, fréquente tous les ans pour y célébrer une rencontre rituelle comprenant des danses et des repas champêtres typiques. Mais si vous venez en Galice, n’hésitez pas à goûter à tout : dans les bars et les bistrots, vous pourrez déguster les « tapas », des rations peu abondantes et bon marché qui vous permettront de découvrir l’importante et variée gastronomie du pays. Puis vous pouvez déguster des viandes, des rôtis, ainsi que les nombreux produits de la mer dont les fruits de mer qui concentrent mille et une saveurs de l’Atlantique.
 
La Galice célèbre plus de 4000 fêtes par an, outre un grand nombre de pèlerinages, de fêtes gastronomiques et différentes traditions dont le carnaval.
 
La Santé
Frais médicaux
Avant de partir, tenez compte de la possibilité de prise en charge des frais médicaux à l’étranger. Par exemple, si vous vivez en France, vous pouvez demander à la sécurité sociale une carte européenne ; cela vous évitera de faire l'avance d'éventuels frais médicaux à l’étranger qui restent, quoi qu'il arrive, à votre charge. Pensez à apporter votre pièce d’identité ou votre passeport.
 
Les détails pratiques
Pour téléphoner en France
Pour téléphoner à l’étranger, composez l’indicatif international 00, puis l’indicatif du pays souhaité suivi de votre numéro de téléphone en enlevant le premier 0.
 
 
BIBLIOGRAPHIE
Le Chemin de Saint Jacques du Puy en Velay à Roncevaux par le GR65, de Louis Laborde-Balen et Tobert Day (Ed. Randonnées Pyrénéennes).
« Guides de poche du randonneur et du pèlerin sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle. » F. Lepère. Ed. Lepère – février 2009.
« Compostelle » Ch. Henneghien et B. Gauthier.Ed Edisud – 2008
« Merveilles des Chemins de Compostelle » P. Huchet et Y Boelle. Ed Ouest France - 2003
 
 
ADRESSES UTILES
Itinéraire : www.viamichelin.fr  
SNCF : Tel :0 892 35 35 35 ou http://www.voyages-sncf.com
Météo  08 92 68 02 43 pour le département de la Haute Loire et le 08 92 68 02 48pour le département de la Lozère.
SNCF  Tel : 36 35 ou http://www.voyages-sncf.com
RENFE (compagnie ferroviaire espagnole) Tel : 00 34 902 24 02 02, ou plus pratique, leur site : http://www.renfe.com avec tous les horaires des trains.
Bureau RENFE à Paris (renseignements et vente) : 01 40 82 63 60.
Compagnie Monbus : www.monbus.es
 

Une question sur ce séjour ?

Jour 01 : Santiago de Compostella

Arrivée à Santiago de Compostela.

Jour 02 : Santiago - Negreira

Etape de Santiago de Compostela à Negreira en passant par Ponte Sarela, et la petite région d'Amaia, chantée par la poétesse galicienne Rosalìa de Castro.
Vous traverserez le pont médiéval de Aguapesada et dans un paysage de petites montagnes et hameaux vous arriverez à Negreira.
Horaire : 5 h 00                      Distance : 21 km

Jour 03 : Negreira - A Picota

En suivant en partie un ancien chemin royal. De belles églises à Zas, à Pena et Vilaserio...
En arrivant à Vilar de Castro, vous emprunterez une variante nouvellement balisée, vous permettant de regagner à Picota, votre étape du soir, et de retrouver le Camino le lendemain matin.
Horaire : 7 h 00 Distance : 28.5 km

Jour 04 : A Picota - Cée

En début d'étape, vous récupèrerez le Chemin initial au niveau du pont de Ponte Olveira. Des hameaux, de petites églises et anciens ponts jalonnent ensuite votre chemin qui débouche à Cée, au bord de la " Ria de Corcubiòn ".
Temps de marche : 6h. Distance : 23km.

Jour 05 : Cée - Fisterra

En passant par la Croix de Marco de Couto et plusieurs ermitages, descente spectaculaire du Mont da Armada vers Fisterra.
Puis vous marcherez jusqu'au mythique Finisterre, la "fin du monde" dans la "Costa da Morte".
FIN DE LA RANDONNEE
Horaire : 4 h 00                      Distance : 16 km

Day 01 : Santiago de Compostela

Arrival in Santiago de Compostela.

Day 02 : Santiago de Compostela - Negreira

From Santiago to Negreira. You'll pass by Ponte Sarela and the region of Amala know from the poems of the galician poet Rosalia de Castro. After crossing the medieval bridge of Aguapesada you continue your walk among small mountains and villages to Negreira.
Walking time : 5h. Distance : 21km.

Day 03 : Negreira - Abeleiroas

From Negreira to Abeleiroas partly on the Camino Real with beautiful churches in Zas, Pena and Vilaserio. At Abeleiroas you'll meet the owner of the accommodation who'll drive you to his hotel in Picota (3km).
Walking time : 7h. Distance : 28.5km.

Day 04 : Abeleiroas - Cée

From Abeleiroas to Cée. You are brought back to Abeleiroas to continue your walk through villages with their small chuches and ancient bridges to Cée situated by the "Ria de Corcubiòn".
Walking time : 6h. Distance : 23km.

Day 05 : Cée - Fininsterra

Walking by the Cross of Marco de Couto and several hermitages you'll  escend the spectacular Mount da Armanda towards Fisterra to finaly arrive at the mythical Finisterre ; "the end of the world" at "Costa da Morte". End of trip. Optional night in Finisterre upon request and with supplement.
Walking time : 4h. Distance : 16km.

COMPLEMENT DE PROGRAMME

Des éléments indépendants de notre volonté (météo, niveau du groupe, aléa logistique, divers...) peuvent amener notre équipe à modifier le programme. Nous demeurerons attentifs à votre satisfaction mais votre sécurité sera systématiquement privilégiée.

 

Prestations particulières : Sur demande, nous pouvons réserver une ou plusieurs nuits supplémentaires.

 

 

DISPOSITIONS COVID-19

Dès le départ et durant tout le séjour, vous devrez impérativement être en capacité de pouvoir présenter votre Pass sanitaire avec :

•           un schéma vaccinal complet

•           ou un test d'immunité attestant du rétablissement de la COVID

 

La réalisation de tests (PCR ou antigéniques) s'avérant impossible en cours de séjour, nous nous verrons contraints, en cas de non-respect de l'une des 2 solutions citées ci-dessus, d'annuler votre participation sans aucune possibilité de remboursement.

 

Vous devrez aussi être munis durant tout le séjour,

•           d'une quantité suffisante de masques (port obligatoire dans certains lieux ou transports)

•           de poches zippées pour les masques et autres papiers usagés

•           de gel hydroalcoolique d'un thermomètre (en cas de symptômes apparaissant en cours de séjour)

•           d'un stylo (parfois nécessaire pour renseigner et signer une charte dans certains hébergements).

 

Les hôtes qui vous recevront vous demanderont d'appliquer certaines consignes sanitaires. Par respect envers eux et les autres personnes qui fréquentent les mêmes lieux, nous vous demandons de vous engager à les respecter.

 

Par ailleurs, afin de pouvoir transiter entre la France et l'Espagne, des règles relatives aux conditions sanitaires sont aussi à respecter et peuvent être exigées, à l'aller comme au retour.

 

Ces dispositifs étant susceptibles d'évoluer, il vous appartient d'aller les consulter régulièrement avant votre départ, sur le site internet de l'ambassade de France en Espagne (es.ambafrance.org), dans l'onglet « Venir en Espagne / Entrée et séjour en Espagne / Covid19 » : https://es.ambafrance.org/Covid-19-a-savoir-pour-tout-deplacement-entre-la-France-et-l-Espagne

 

La prise de rendez-vous, l'organisation, les éventuels transferts nécessaires à la réalisation de tests ainsi que le coût du test, seront à votre charge.

LES POINTS FORTS

  • La fiabilité de l’organisation
  • La qualité des hébergements
  • Les dîners inclus
  • Dernière nuit incluse pour profiter du site magique du Cap Finisterre
 

POUR EN SAVOIR PLUS

DISPOSITIONS COVID-19 En raison des précautions sanitaires relatives au COVID, vous devrez impérativement être muni dès le début de votre séjour,
  • d'une quantité suffisante de masques (à raison de 2 par jour minimum). Port de masque qui sera obligatoire lors d'éventuels transports, dans certains hébergements, lieux fréquentés etc.
  • de poches zippées pour les masques et autres papiers usagés
  • de gel hydro-alcoolique
  • d'un thermomètre pour contrôler votre fièvre en cas de symptômes apparaissant en cours de séjour
  • d'un stylo (parfois nécessaire pour renseigner et signer une charte dans certains hébergements).
Les hôtes qui vous recevront (hôteliers, gardiens de refuge, restaurateurs, transporteurs, équipes locales...) sont les garants du bon déroulement du séjour et vous demanderont d'appliquer certaines consignes sanitaires.
Par respect envers eux et les autres personnes qui fréquentent les mêmes lieux, nous vous demandons de vous engager à respecter les consignes qui vous seront formulées.
 
Soyez rassurés et optimistes, car comme vous le savez, la randonnée est une pratique qui permet de vivre de longs et savoureux moments durant lesquels le port du masque n'est pas obligatoire ! Alors, respirez et souriez !
 
 
N'oubliez pas dans votre sac à dos, le contrat d'assistance-rapatriement.
Au minimum 15 jours avant votre départ, demandez à la sécurité sociale une carte européenne ou une attestation européenne valable 3 mois afin d'éviter l'avance obligatoire de frais médicaux.
Si vous vous déplacez en véhicule en Espagne, sont obligatoires sous peine d'amende : gilet fluorescent + 2 triangles de signalisation.
 
 
FORMALITES
Demandez impérativement, au minimum 15 jours avant votre départ, à la sécurité sociale une carte européenne ou une attestation européenne valable 3 mois ; cela vous évitera de faire l'avance d'éventuels frais médicaux en Espagne qui restent, quoi qu'il arrive, à votre charge. Pensez à apporter votre pièce d’identité ou votre passeport.
Sachez enfin que si vous venez en Espagne en voiture, il est obligatoire d’avoir 2 triangles de signalisation dans son véhicule et 1 gilet de signalisation réfléchissant ; en cas de non-respect de cette réglementation, les amendes sont élevées, et doivent être payées sur place. Ne vous séparez jamais de vos papiers, carte bancaire et documents d’assurance.
 
Frais médicaux
Avant de partir, tenez compte de la possibilité de prise en charge des frais médicaux à l’étranger. Par exemple, si vous vivez en France, vous pouvez demander à la sécurité sociale une carte européenne ; cela vous évitera de faire l'avance d'éventuels frais médicaux à l’étranger qui restent, quoi qu'il arrive, à votre charge. Pensez à apporter votre pièce d’identité ou votre passeport.
 
 
Le carnet du pèlerin ou « credencial » ou « créanciale » :
ce document est bien connu des pèlerins, il permet de garder une trace écrite de son parcours. Ce passeport est un signe fort d’appartenance à la communauté des marcheurs du Saint Jacques. Il est à tamponner à chaque étape et atteste de votre état de pèlerin. Il est délivré par les associations jacquaires - site Internet :
 
Environnement :
Les randonnées se déroulent le plus souvent dans des espaces naturels sensibles ; à ce titre toute activité se doit d'en respecter l'environnement : respect du patrimoine naturel, respect du patrimoine culturel et des habitants, respect des ressources naturelles (eau, sols, habitats, faune, flore, climat) et lutte contre les pollutions et tous les impacts sur l'environnement : on ne dérange pas les animaux qui sont chez eux et on n'arrache pas les fleurs car elles ne repoussent pas !
 
 
TELEPHONE PORTABLE
Attention, les téléphones portables ne passent pas partout, il est prudent de se munir d’une carte téléphonique.
 
 
POUR TELEPHONER EN FRANCE
Pour téléphoner en France depuis l’Espagne, composez l’indicatif international 00, puis l’indicatif de la France 33, puis votre numéro de téléphone en enlevant le premier 0.
 
 
LA VIE EN ESPAGNE
Vous allez effectuer une randonnée en territoire espagnol. Il est conseillé de parler un peu espagnol pour mieux apprécier le séjour, sans toutefois devoir manier à la perfection la langue de Cervantès. Un petit dictionnaire français/espagnol ne sera pas superflu. La monnaie est l’Euro. Sachez aussi que les habitudes culinaires espagnoles sont parfois assez différentes des françaises. Et que les repas sont retardés jusqu’à 2 heures sur l’horaire français (petit-déjeuner vers 8h30-9h et le souper vers 21h).
 
INFORMATION SUR LA REGION
LA GALICE
 
La région et le climat :
Le climat de la Galice est assez doux. Il n’y fait jamais ni trop froid ni trop chaud, avec une température moyenne de 14,4º C. Précipitations moyennes : 1404,8 l/m2. Alors… n'oubliez pas la cape de pluie !!!
 
Le Pays d'Occident
Sous la lueur obscure et mystérieuse de l’Atlantique, à l’extrémité occidentale de l’Europe, il y a un pays de verdure qui s’incline devant l’Océan. C’est ici que les Grecs situèrent le bout du Monde Ancien. Homère affirmait que le soleil y complétait son tour avait de ressortir en orient, le lendemain. Située au sud de la mer Celtique, au nord du pourtour méditerranéen, la Galice a forgé une culture à la croisée de ces deux mondes. Au nord du Portugal, au nord-ouest de l’Espagne, il y a un petit pays – à peine trois heures en voiture pour le parcourir du nord au sud - qui se distingue par ses contrastes et ses surprises à chaque détour. Les Galiciens aiment à dire que chaque maison est un monde, que chaque pierre a une histoire et que chaque herbe cache un espace naturel. La Galice, un pays marqué par un fonds inépuisable d’expériences.
 
Là où commence la mer
"Face à cette mer déchaînée, les Galiciens, nous sentons toute l’Europe derrière nous." Ce pays renferme les falaises les plus hautes du continent, mais il est aussi marqué par l’union féconde de la mer et de la terre, les "rías", de singulières formations où l’océan se calme pour pénétrer à l’intérieur du pays, qui y fait surgir la vie qui coule dans les rues des villages marins et sur le sable infini des plages du littoral. C’est ici, entre les détours que forme la géographie baroque de la côte, que résident la plupart des Galiciens, qui jettent à la mer mille et une saveurs, une richesse de poissons et de fruits de mer, transformés en les plus savoureux du monde par les eaux de l’Atlantique.
 
Plus de la moitié du territoire est situé à plus de 400 m d’altitude. Les sierras orientales renferment les plus grands sommets dont Pena Trevinca, qui atteint 2.100 m.
 
Avec à peine 5,90% de la superficie de l’Espagne, la Galice renferme plus de la moitié des agglomérations de l’Etat espagnol. En 1996, elle en comptait 20.947 dont certaines d’une seule maison.
Le territoire du pays compte 3.781 paroisses (unité de base de la population, articulée autour d’une église), 315 mairies, 53 contrées et 4 provinces.
La masse forestière de la Galice représente 30% du total de tout le territoire espagnol.
Le lait produit en Galice représente 30% du total de la production espagnole.
 
Une terre humanisée
De vieilles montagnes au relief usé par l’érosion et des vallées à la végétation luxuriante où coulent mille rivières. La verdure claire des prairies, le vert émeraude des cultures, le vert foncé des forêts. Ici et là, se dressent de petites propriétés où l’on cultive la pomme de terre, le maïs, ainsi que des vergers et des vignobles, des cultures qui ennoblissent les rives des grands cours d’eau. Sur les coteaux, la masse forestière, au milieu, les prairies où paissent les vaches, les animaux totémiques de la Galice agricole. Voilà un paysage que les Galiciens considèrent volontiers humanisé, où les distances ne sont jamais très grandes et où les sites sauvages ne sont jamais très étendus. Dans les endroits les plus éloignés, les terrains rocailleux, la forêt ancienne et mystérieuse.
 
Les forges de la force
Le sang des paysans coule toujours dans les rues des villes et des grandes agglomérations : nos aïeux étaient des paysans. Quatre-vingt-dix pour cent de la population galicienne habitait encore le milieu rural en 1900. Mais de nos jours, la plupart des Galiciens habitent le milieu urbain. Le pays s’accroît dans des villes qui ont grandi autour de centres historiques d’une grande beauté, où surgit la créativité économique et culturelle du pays. Cet essor atteint des proportions universelles dans des endroits comme la vieille ville de Saint-Jacques-de-Compostelle –la capitale historique et administrative-. Tournées vers la mer, La Corogne et Vigo sont les deux principales agglomérations du pays ; Lugo, Ourense, Pontevedra et Ferrol se distinguent par leur activité industrielle et de services, outre leur traditionnelle fonction administrative. Dans toute la Galice, les cités médiévales conservent leur charme tout en se développant à l’instar des villes surgies au XIXe siècle. Elles jouent un rôle à la fois industriel et local.
 
Tradition et innovation
On dit des Galiciens qu’ils répondent toujours à une question par une autre question. Même dans les paroles de l’ hymne de Galice, le poète Pondal interroge les arbres, les sommets et les montagnes, l’éclair transparent. Les Galiciens sont curieux et d’habitude, lors d’une simple conversation, le voyageur finit toujours par parler de lui, de son pays, de son travail. La vie tourne aussi autour du travail. Une tradition agricole et de pêche, modernisée depuis, veut que les Galiciens érigent des industries basées, non seulement sur leurs propres ressources, mais encore sur l’innovation et la créativité. L’industrie agro-alimentaire est celle qui compte le plus d’entreprises et de travailleurs, à tel point que son origine remonte à la salaison et à la conservation du poisson, au XVIIIe siècle. Les chantiers navals sont dirigés vers l’exportation et atteignent de nos jours un degré de spécialisation qui lui accorde une productivité élevée. Mais c’est le secteur automobile qui arrive en tête en ce qui concerne le chiffre d’affaires et les exportations ; la situation stratégique de la Galice sur les routes maritimes a favorisé l’aménagement d’une usine qui produit des milliers de voitures par jour. Pourtant, c’est la créativité des firmes de mode qui a permis à la Galice d’obtenir une plus grande présence publique sur les marchés du monde entier.
 
La partie de l’ancienne Galice située au sud du fleuve Minho devint le royaume du Portugal en 1121. L’église romane la plus ancienne de Galice est la petite chapelle de San Juan de Vilanova, Pontedeume, qui remonterait à 1040.
En 1075, fut posée la première pierre de la cathédrale romane de Saint-Jacques-de-Compostelle, consacrée en 1211.
Une chanson de Xoán Soares de Pavia, composée en 1196, est le texte littéraire galicien le plus ancien que l’on conserve. On a répertorié 170 auteurs de chansons médiévales.
Le galicien est la langue de Galice, mais les Galiciens parlent également le castillan.
Les enfants de Bréogan
C’est un ancêtre de Brutus, l’assassin de César, le premier général romain à atteindre la Galice en 139 av. J.-C.. Le poète Ovide raconta de la sorte cette rencontre : -à l’époque, Brutus prit le surnom de son ennemi galaïque et fit couler le sang sur les terres hispaniques-.
 
Cela faisait 4000 ans que la culture mégalithique existait dans ce pays, comme en témoignent les dolmens ; cela faisait 2000 ans qu’un ancêtre quelconque avait peint des cerfs, des hommes et des cercles sur les pierres plates de granite. ; cela faisait déjà sept siècles que les camps fortifiés de l’âge de fer avaient été érigés sur les coteaux galiciens : Jules César dut les affronter en débarquant dans l’ancienne ville de La Corogne. À la fin du I siècle av. J.-C., Auguste prit la tête de son armée pour intégrer définitivement dans l’Empire les Galiciens des « castros » (camps fortifiés), les descendants du mythique roi Breogán que citent les chroniques irlandaises et auquel le poète Eduardo Pondal rend hommage dans l’hymne galicien.
 
 
Le sourire de Daniel
Les Galiciens considèrent le bas Moyen Age comme leur siècle d’or. C’est une période de prospérité dans toute l’Europe. L’agriculture se développe et se modernise, le commerce se généralise et l’art connaît un essor florissant dans tout le continent, en apprenant à sourire avec la figure de Daniel sur le Porche de la Gloire (1188) de la cathédrale Saint-Jacques, qui était tombé dans l’oubli pendant trois siècles ; l’art roman, devenu le style international par excellence, atteint précisément son apogée dans le royaume médiéval de Galice. La grande créativité collective des Galiciens remonte également à cette époque : c’est alors qu’ils commencent à parler le galicien, une langue romane issue du latin et similaire au portugais. Cette langue atteint sa maturité littéraire au XIIIe siècle, avec les chansons dites "cantigas" qui constituent un énorme recueil de poésies composées par des rois, des nobles et des troubadours. Il s’agit donc d’un patrimoine d’une valeur extraordinaire pour l’histoire littéraire de l’Europe. Saint-Jacques-de-Compostelle fut comparée à Rome et à Jérusalem, quant à ses capacités spirituelles, par le pape Alexandre III, en 1179.
L’Eglise célèbre les Années saintes lorsque le 25 juillet, fête de saint Jacques, tombe un dimanche. Les prochaines années saintes seront célébrées en : 2004, 2010, 2021, 2027...
Le chemin de Saint-Jacques a été déclaré premier Itinéraire culturel européen en 1987 par le Conseil de l’Europe.
 
Un chemin d'étoiles
Depuis l’antiquité, les hommes ont suivi la route du soleil vers l’occident. La nuit, un torrent d’étoiles signalise dans le ciel la même direction : la Voie lactée, également dite chemin de Saint-Jacques ou Voie des pèlerins, car c’est le chemin que suivaient les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle.
 
Dès le IXe siècle, les pèlerins parcoururent à pied les chemins d’Europe : on calcule qu’au XIIe siècle, il y en avait 500.000 alors qu’en 1999, cinq millions et demi de personnes ont visité Saint-Jacques-de-Compostelle. Tout au long de l’histoire, ce voyage a eu pour but de visiter la tombe de Saint Jacques le Majeur, l’un des douze apôtres, qui, selon la tradition, est enterré dans la cathédrale de Santiago. De nos jours, les motifs de pèlerinage sont divers, et concernent aussi bien la spiritualité que l’art, mais le chemin de Saint-Jacques est toujours un puissant creuset culturel des différentes terres d’Europe.
Élans de jeunesse
La feuille tendre de navet et celle du chêne sont les emblèmes de la Galice qui se rénove en hiver et en été. Les Galiciens sont de grands amateurs de pomme de terre, mais les feuilles tendres de navet qui poussent de décembre à mars sont un mets qui atteint son apogée dans le « caldo » (bouillon), bouilli avec de la viande de porc salée. Au contraire, la feuille de chêne, un traditionnel symbole culturel issu des vertes chênaies, représente les bois sacrés de la préhistoire, les aires de réunion lors des foires, un site ombré particulièrement accueillant lors des fêtes et l’endroit que la tribu, la paroisse, fréquente tous les ans pour y célébrer une rencontre rituelle comprenant des danses et des repas champêtres typiques. Mais si vous venez en Galice, n’hésitez pas à goûter à tout : dans les bars et les bistrots, vous pourrez déguster les « tapas », des rations peu abondantes et bon marché qui vous permettront de découvrir l’importante et variée gastronomie du pays. Puis vous pouvez déguster des viandes, des rôtis, ainsi que les nombreux produits de la mer dont les fruits de mer qui concentrent mille et une saveurs de l’Atlantique.
 
La Galice célèbre plus de 4000 fêtes par an, outre un grand nombre de pèlerinages, de fêtes gastronomiques et différentes traditions dont le carnaval.
 
La Santé
Frais médicaux
Avant de partir, tenez compte de la possibilité de prise en charge des frais médicaux à l’étranger. Par exemple, si vous vivez en France, vous pouvez demander à la sécurité sociale une carte européenne ; cela vous évitera de faire l'avance d'éventuels frais médicaux à l’étranger qui restent, quoi qu'il arrive, à votre charge. Pensez à apporter votre pièce d’identité ou votre passeport.
 
Les détails pratiques
Pour téléphoner en France
Pour téléphoner à l’étranger, composez l’indicatif international 00, puis l’indicatif du pays souhaité suivi de votre numéro de téléphone en enlevant le premier 0.
 
 
BIBLIOGRAPHIE
Le Chemin de Saint Jacques du Puy en Velay à Roncevaux par le GR65, de Louis Laborde-Balen et Tobert Day (Ed. Randonnées Pyrénéennes).
« Guides de poche du randonneur et du pèlerin sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle. » F. Lepère. Ed. Lepère – février 2009.
« Compostelle » Ch. Henneghien et B. Gauthier.Ed Edisud – 2008
« Merveilles des Chemins de Compostelle » P. Huchet et Y Boelle. Ed Ouest France - 2003
 
 
ADRESSES UTILES
Itinéraire : www.viamichelin.fr  
SNCF : Tel :0 892 35 35 35 ou http://www.voyages-sncf.com
Météo  08 92 68 02 43 pour le département de la Haute Loire et le 08 92 68 02 48pour le département de la Lozère.
SNCF  Tel : 36 35 ou http://www.voyages-sncf.com
RENFE (compagnie ferroviaire espagnole) Tel : 00 34 902 24 02 02, ou plus pratique, leur site : http://www.renfe.com avec tous les horaires des trains.
Bureau RENFE à Paris (renseignements et vente) : 01 40 82 63 60.
Compagnie Monbus : www.monbus.es
 

Une question sur ce séjour ?

A l’hôtel de Santiago de Compostela dans l’après midi.
 

Accès train : liaison ferroviaire directe Hendaye - Irún - Santiago.

Accès bus : départs de Paris et autres villes en bus de nuit pour Santiago avec la compagnie Flixbus : https://www.flixbus.fr

Accès voiture : de Bayonne prendre l'autoroute pour San Sebastian, Bilbao, Miranda de Ebro, Burgos et Leon (trajet possible en totalité par autoroute). Puis vers Santiago de Compostela. Cartes Michelin N 442 et 441.


Accès avion : aéroport de Santiago de Compostela, ligne régulière et directe vers Paris, Nice, Lyon.

 

Covoiturage : Pour limiter vos frais de déplacements et d'émission de carbone, pensez au covoiturage en tant que chauffeur ou passager. Faites appel à Blablacar. C'est simple et pratique.

Nous vous conseillons enfin de comparer le coût et les horaires de différents modes d'accès au point de départ du circuit grâce au site Comparabus. Contrairement à ce que son nom laisse penser, ce site, pour un même trajet, vous proposera diverses possibilités telles que avion, train, bus, ou covoiturage.

 

PARKING Parking privé Plaza de Galicia face à l'hôtel autour de 13,20 € / jour.

A Finisterra après la randonnée du jour 05.
 
Finisterre-Santiago de Compostela :
Retour à Santiago par car à vos frais et à réserver sur place. Plusieurs cars font le transport Fisterra – Santiago (Compagnie Monbus).
Vous pourrez demander les horaires sur place à l'hôtel ou téléphoner à la gare routière de Santiago. Tél : 0034 981 588 511.
 
Informations sur les transports :
SNCF  Tel : 36 35 ou http://www.voyages-sncf.com
RENFE (compagnie ferroviaire espagnole) Tel : 00 34 902 24 02 02, ou plus pratique, leur site : http://www.renfe.com avec tous les horaires des trains.
Bureau RENFE à Paris (renseignements et vente) : 01 40 82 63 60.
Compagnie Monbus : www.monbus.es
 
Hébergements avant ou après la randonnée : Nous consulter

Marcheurs contemplatifs.
Randonneurs niveau 2+ sur une échelle de 5.
De 4 à 7 heures par jour sur terrain vallonné.
Balisage : Tout le sentier est balisé : flèches jaunes et/ou coquille

Hôtels * et ***, pensions et chambres d'hôtes
 

En Espagne, le rythme des repas est différent de celui en France. Les petits déjeuners sont rarement servis avant 8h30 voir 9h. N'hésitez pas à demander à votre hôte s'il est possible de vous mettre à disposition un petit déjeuner avec thermos... Les dîners sont également pris à "l'heure espagnole", en général entre 21h et 22h30.

Repas : Les dîners et petits-déjeuners sont généralement pris dans les restaurants des hébergements. Les repas de midi ne sont pas compris dans le tarif. Vous pouvez vous-même confectionner vos pique-niques ou bien les commander la veille pour le lendemain auprès des hébergeurs (paiement sur place). Il y a de nombreux points de ravitaillement pas chers sur le chemin.

 
 
 

Pas de portage, excepté vos affaires personnelles pour la journée.
Vos bagages sont transportés par nos soins sauf si vous choisissez la formule sans transports des bagages.
 

A partir de 1 participant (supplément pour une personne seule).
 

Pour le haut du corps : quelle que soit la région ou la saison, le principe des 3 couches respirantes (Tee-shirts - pull ou veste chaude - surveste imperméable/coupe-vent) permet de répondre à la plupart des situations.
Opter pour des vêtements qui sèchent rapidement -fibres synthétiques- et proscrire le coton (séchage trop lent => inconfortable). La laine est une fibre naturelle qui possède aussi d'excellentes qualités et qui, grâce aux nouveaux procédés de fabrication, connaît un retour en force dans la confection des vêtements Outdoor.
Pensez à vous couvrir avant d'avoir froid, mais surtout à vous découvrir avant d'avoir trop chaud : la sueur est l'ennemi du randonneur -surtout en hiver- car elle humidifie les vêtements qui sont rapidement glacés. Proscrire les anoraks, qui peuvent transformer une agréable randonnée en véritable calvaire !
Pour le bas du corps : shorts et pantalons en toile solide, en matière synthétique, permettent aussi un séchage rapide et procurent donc plus de confort.
Apportez un soin particulier au choix des chaussettes : prenez des chaussettes de randonnée, renforcées (solidité) et à coutures plates (pour éviter les ampoules). En hiver, choisissez des chaussettes chaudes. Dans ce domaine aussi, proscrire le coton.

LES BAGAGES Pour votre séjour, prévoyez :

  • 1 sac de voyage par personne (ou valise à roulette). Ne prenez pas un bagage trop volumineux afin d'éviter des soucis d'encombrement de bus ou d'organisation logistique. Le poids doit-être impérativement limité à 10 kgs. Tout bagage supplémentaire ou d'un poids supérieur risque de ne pas être pris en charge par le transporteur ou alors il vous demandera un supplément.

Evitez absolument d'y laisser des objets fragiles et/ou de valeur.

  • 1 sac à dos de 35-40 litres environ, avec ceinture ventrale et un dos bien aéré pour votre confort

 

LES VETEMENTS

  • 1 chapeau, ou casquette, ou foulard
  • 1 bonnet, ou bandeau en polaire et/ou un tour de cou
  • 1 paire de gants chauds
  • des tee-shirts en matière respirante à manches courtes (1 tous les 2-3 jours) et 1 ou 2 à manches longues
  • 1 veste chaude type polaire (voire déperlante type "softshell") ou type "primaloft" (chaud et compressible)
  • 1 veste coupe-vent imperméable et respirante type "gore-tex" avec capuche
  • 1 pantalon de trekking solide et déperlant
  • 1 short ou short 3/4, confortable et solide
  • des sous-vêtements
  • 1 maillot de bain et 1 serviette qui sèche rapidement (facultatif en vue d'éventuelles baignades)
  • des chaussettes de randonnée (au moins 1 paire tous les 2 jours) à bouclettes, en synthétique et/ou en laine
  • 1 paire de chaussures de randonnée tenant bien la cheville et imperméables, à semelle type "Vibram". À éprouver impérativement avant votre séjour.
  • 1 paire de guêtres (facultatif)
  • des vêtements et chaussures confortables pour le soir

 

LE MATERIEL A EMPORTER

  • 1 grand sac plastique à glisser dans votre sac à dos afin de protéger vos affaires des intempéries et/ou 1 sur-sac
  • 1 pochette étanche avec : votre contrat d'assistance, vos papiers d'identité, carte vitale et tout autre document mentionné dans la rubrique formalités
  • 1 parapluie solide et léger (facultatif mais très utile en cas de pluie)
  • 1 paire de bâtons (facultatif)
  • 1 paire de lunettes de soleil de bonne qualité (protection niveau 3) couvrant bien les côtés + crème solaire avec un bon indice de protection et écran labial (le tout systématiquement dans le sac à dos)
  • 1 gourde isotherme ou aluminium de 1,5 litre mini ou gourde souple type Platypus (déconseillée en hiver) ou une gourde filtrante (type Lifestraw®, Katadyn MyBottle®, Life Saver®...)
  • 1 petit thermos 50 cl (facultatif et surtout utile en hiver si vous souhaitez amener thé, café...)
  • 1 gobelet plastique ou aluminium avec anse isolée
  • 1 couteau de poche pliant (type Opinel)
  • pour le pique-nique : couverts et 1 boîte plastique de 0,5 litre minimum type Tuperwear (utile si vous souhaitez emporter des salades pour votre pique-nique)
  • nécessaire de toilette
  • boules Quiès ou tampons Ear (contre les ronflements de voisinage ou autres nuisances sonores)
  • des mouchoirs
  • du papier toilette
  • 1 briquet (attention à ne pas provoquer d'incendie ; donc à n'utiliser qu'en cas de nécessité et avec un maximum de précautions)
  • 1 frontale ou lampe de poche + couverture de survie : à mettre systématiquement dans le sac à dos, un retard imprévu suite à un incident peut subvenir même au cours d'une randonnée facile
  • des lunettes de rechange (si vous portez des lunettes de vue)
  • appareil photo, jumelles, matériel de peinture... (facultatif)

 

LA PHARMACIE Prévenez vos compagnons de voyage de toute maladie, traitement ou autre allergie qui pourraient compliquer une prise en charge médicale en cas d'incident, ou tout malaise éventuel qui pourrait vous arriver en cours de randonnée

  • vos médicaments habituels
  • médicaments contre la douleur : paracétamol de préférence
  • médicaments contre les troubles digestifs
  • pastilles contre le mal de gorge
  • bande adhésive élastique, type Elastoplaste en 5 ou 8 cm de large x 2,5 m.
  • pansements type Steri-Strip
  • jeux de pansements adhésifs + compresses désinfectantes
  • double peau (type Compeed ou SOS ampoules)
  • pince à épiler
  • petits ciseaux
  • vitamine C
  • pince à échardes
  • gel désinfectant utile pour se laver/désinfecter les mains (type "Stérilium gel")

 

AUTRES PRÉCISIONS N'oubliez ni votre bonne humeur, ni votre curiosité !

 
 

Dans le mois précédant le départ et après réception du solde de votre séjour, nous vous enverrons une pochette voyage comprenant tous les documents nécessaires à la réalisation de votre randonnée : une fiche pratique détaillant le déroulement de votre séjour (horaires de rendez-vous, transferts, contacts et adresses des hébergements...) un topoguide détaillant votre itinéraire et le plus souvent complété d'informations culturelles, naturalistes etc., cartes (parfois intégrées au topoguide), ainsi que les documents contractuels (facture, contrat d'assurance) et des étiquettes pour vos bagages. Sur certains séjours ou à certaines périodes,

nous pouvons être contraints d'expédier votre pochette à l'hébergement du premier jour ; nous vous en informerons aussi tôt que possible.

À propos des étiquettes bagages : si vous partez entre amis, veuillez mentionner sur les étiquettes -en plus de votre nom- le nom de la personne qui a été utilisé pour effectuer la réservation du séjour.

En fonction des effectifs, les transferts sont effectués en taxis, bus ou minibus.

Carte d'identité ou passeport en cours de validité.
N'oubliez pas dans votre sac à dos, le contrat d'assistance-rapatriement.
Au minimum 15 jours avant votre départ, demandez à la sécurité sociale une carte européenne ou une attestation européenne valable 3 mois afin d'éviter l'avance obligatoire de frais médicaux.
Si vous vous déplacez en véhicule en Espagne, sont obligatoires sous peine d'amende : gilet fluorescent + 2 triangles de signalisation.

ATTENTION : l'autorisation de sortie du territoire est obligatoire pour tout mineur voyageant sans ses deux parents.
Tout mineur qui voyage à l'étranger sans être accompagné de ses parents devra être muni de sa pièce d'identité en cours de validité (carte d'identité ou passeport selon la destination), d'un formulaire signé par l'un des parents titulaire de l'autorité parentale (autorisation de sortie du territoire), de la photocopie de la pièce d'identité du parent signataire.
Pour plus d'informations nous vous invitons à vous rapprocher de votre mairie.

Une question sur ce séjour ?

DATES ET PRIX

Dates : du 1er avril au 31 octobre 2022

 

Prix :

            AVEC transport de bagages : 410 €/personne

            SANS transport de bagages : 375 €/personne

 

Supplément chambre individuelle : + 110 €

Taxi 4 places Fisterra-Santiago : 140 €

LE PRIX COMPREND

-                     les frais d’organisation
-                     la nourriture et l’hébergement, soit 5 nuits en ½ pension
-                     la fourniture du carnet de route (topo guide) 1 pour 2
-                     le transfert des bagages entre les hébergements selon la formule choisie
-                     les taxes de séjour
 

LE PRIX NE COMPREND PAS

-                     les boissons et dépenses personnelles
-                     les déjeuners
-                     le transport jusqu’au lieu de rendez vous (aller et retour)
-                     les visites éventuelles
-                     les navettes ou taxis pour récupérer votre voiture ou pour raccourcir certaines étapes
-                     les frais de parking
-                     le transport des bagages entre Fisterra et Santiago (retour)
-                     les assurances
-                     tout ce qui n'est pas mentionné dans le prix comprend
 

Une question sur ce séjour ?
Séjours associés

Rando à pied

Itinérant en linéaireA partir de : 915 €Durée : 14 jours

Rando à pied

Itinérant en linéaireA partir de : 630 €Durée : 8 jours
Chemins de Compostelle : Santiago - Finisterre | rando à pied - Espace Evasion